Ian SIMS : Obtention d’une ERC / ERC award

IAN SIMS crédits photo IPR 031Ian Sims, professeur de physique à l’Université de Rennes 1 et chercheur dans le Département de Physique Moléculaire de l’Institut de Physique de Rennes (IPR, UMR 6251 CNRS-UR1) a obtenu une bourse Advanced Grant du Conseil Européen de la Recherche (ERC) qui débutera cet automne. Selon le site de l’ERC (https://erc.europa.eu/funding-and-grants/funding-schemes/advanced-grants/french) ces bourses « … permettent à des chercheurs exceptionnels à la réputation établie, quels que soient leur nationalité et leur âge, de mener des projets novateurs à haut risque qui ouvrent de nouvelles voies dans leur discipline de spécialisation ou dans d’autres domaines. Ces subventions sont destinées aux chercheurs qui ont déjà fait leurs preuves en tant qu’éminents chercheurs indépendants. » Ceci est la deuxième Advanced Grant pour l’IPR après celle décernée en 2013 à Tanguy Rouxel.

L’intitulé du projet de recherche de Ian Sims, « CRESUCHIRP – Ultrasensitive Chirped-Pulse Fourier Transform mm-Wave Detection of Transient Species in Uniform Supersonic Flows for Reaction Kinetics Studies under Extreme Conditions » semble peu évocateur pour les néophytes. Selon Ian Sims, « Cette nouvelle bourse nous permettra de tirer parti de notre expertise dans la création de conditions extrêmes semblables à celles régnant dans l’espace interstellaire, et de les combiner avec une nouvelle technique récemment développée en collaboration avec deux groupes américains (au MIT et Wayne State University, Detroit), pour fournir des informations fondamentales sur l’identité des produits de réactions chimiques ».

La nouvelle méthode utilise des micro-ondes et exploite les avancées récentes dans l’électronique ultra-rapide développé pour l’industrie des télécommunications, en les combinant avec l’environnement super-froid du CRESU (Cinétique de Réaction en Écoulement Supersonique Uniforme), mis au point par les membres de l’IPR, pour améliorer considérablement la sensibilité de la technique ; Cela permettra son application à un large éventail de problèmes fondamentaux en physique chimique. Par exemple, l’identité précise des produits de réactions chimiques même assez simples dans la phase gazeuse reste inconnue dans la majorité des cas, et pourtant cette information est vitale dans la modélisation des environnements gazeux tels que les flammes, les moteurs à combustion interne, les atmosphères planétaires et les nuages interstellaires qui sont le berceau des étoiles.

A  VOIR – vidéo Youtube MARS 2017 : https://youtu.be/-fX7hvs3UlM

 A lire :
Interview de Ian SIMS dans le magazine Sciences Ouest de Mai 2016: http://www.espace-sciences.org/sciences-ouest/342/epreuve-par-7/ian-sims

Contact :
Ian SIMS, professeur, Département de Physique Moléculaire, IPR
Lien : https://ipr.univ-rennes1.fr /membre?display_who=42&lang=en

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Départements, Grand Public, Physique Moléculaire. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.