Actualités


Conférence IPR : Alexandre GUAY « La causalité comme un processus physique »

DATE : Mardi 05 décembre – 12h15- Diapason

Conférencier : Alexandre GUAY, professeur, Faculté de philosophie, Université catholique de Louvain

Résumé :  Dans un premier temps, je compte expliquer dans quelle mesure les approches visant à comprendre la causalité comme une sorte de processus physique échouent dans le cadre de la physique quantique. Dans un second temps, je présenterai une nouvelle conception de la causalité physique fondée sur la notion d’interaction.

View Fullscreen
Publié dans Actualités, Conferences IPR, En Une | Commentaires fermés sur Conférence IPR : Alexandre GUAY « La causalité comme un processus physique »

les (nouveaux) arrivants à l’IPR

Depuis quelques semaines, un certain nombre de nouvelles personnes sont arrivées à l’IPR. Elles ont toutes été invitées à participer à la Journée des Entrants de l’IPR qui a eu lieu le 7 novembre 2017.

  AZZOLINA Giovanni – Doctorant – Dépt Matériaux Lumière

 

BERUT Antoine – Post-doctorant – Dépt Matière Molle

 

CHIEK MANSOUR Nadia – Doctorante – Dépt Matériaux nano

 

COURTIN Jules – Doctorant –  Dépt Matériaux nano

 

 FAURE Bénédicte – Secrétaire générale – Direction de l’IPR

GONZALEZ ARAVELO Elfrich – cdd électronicien    
Dépt Matériaux Nano / cellule Info

 

HALZOUN Nadia – Doctorante –
Dépt Matière Molle

 

 

 

HAYS Brian – Post-doctorant  
Dépt Physique Moléculaire

 

 

HEARNE Thomas – Post-doctorant
Dépt Physique Moléculaire

 

 

 

KOIDE Akihiro – Post-doctorant – Dépt Matériaux Nano   

 

 

NAIGEON Lancelot – Ingénieur sécurité – Services communs

 

 

TRENVOUEZ Gwenolé – Doctorant   Dépt Méca/Verres

 

   VOLTE Alix – Doctorante – Dépt Matériaux Lumière

 

ZHU Yajuan – Doctorante – Dépt Milieux divisés    

 

Publié dans Actualités, En Une | Commentaires fermés sur les (nouveaux) arrivants à l’IPR

Disparition de Ted JANSSEN, le dernier des pères fondateurs de la cristallographie à N dimensions

Ted Janssen est décédé.
Il a été toute sa vie en étroite collaboration avec les physiciens Rennais.

Il est à l’origine de l’approche théorique, dite cristallographie de superespace, pour décrire ce nouvel état de la matière possédant l’ordre à grande distance sans la symétrie de translation.

Trouvez l’hommage sur le site de l’Association Française de Cristallographie

 
Publié dans Actualités, Matériaux et Lumière | Commentaires fermés sur Disparition de Ted JANSSEN, le dernier des pères fondateurs de la cristallographie à N dimensions

Ph-Day : Journée des non-permanents de l’IPR / mercredi 18 octobre 2017

 Dans le cadre de l’animation scientifique à l’IPR , un Ph-Day a été organisé le 18 octobre 2017 dans les locaux du Diapason.

Cet évènement s’adressait à l’ensemble des personnels de l’IPR.

Voir le programme : View Fullscreen

Publié dans Actualités, En Une, Séminaires | Commentaires fermés sur Ph-Day : Journée des non-permanents de l’IPR / mercredi 18 octobre 2017

PROGRAMME DES CONFERENCES IPR 2017-2018

View Fullscreen

http://View Fullscreen

 

 

 

 

 

 

Publié dans Actualités, Conferences IPR | Commentaires fermés sur PROGRAMME DES CONFERENCES IPR 2017-2018

Technique CRESU : déjà 30 ans au service de l’astrophysique de laboratoire

« Reproduire les conditions de l’espace interstellaire en laboratoire pour étudier les réactions chimiques qui se déroulent entre les étoiles… c’était un défi hors d’atteinte des scientifiques jusqu’au développement de la navette spatiale. Retour sur 30 ans d’histoire de la technique CRESU, inventée en France, et qui fait aujourd’hui de l’Institut de physique de Rennes un leader mondial dans le domaine de la cinétique chimique en phase gazeuse à très basse température… »

Lire la suite : https://www.univ-rennes1.fr/actualites/19092017/technique-cresu-deja-30-ans-au-service-de-lastrophysique-de-laboratoire

Contact : André CANOSA, Directeur de recherche, dépt Physique Moléculaire, IPR

Publié dans Actualités, Départements, Physique Moléculaire | Commentaires fermés sur Technique CRESU : déjà 30 ans au service de l’astrophysique de laboratoire

Séminaire MMC : Pascal PANIZZA « Formation of labyrinthine drying patterns in 2D model porous media »

 

DATE : Vendredi 22 septembre, 11h, bât. 11E, salle 120

Intervenant: Pascal PANIZZA ,  Département Matière Molle, IPR

Résumé: The evaporation of liquid dispersions is important in civil engineering as salt weathering damages the built environment and in material science for the design of novel smart materials at the micro- and nano-scale. Yet, this issue has remained elusive notably because of complex couplings between the formation of solid deposits and the various transport phenomena that occur during drying. To address this problem, we investigate drying of colloidal suspensions or surfactant solutions confined in 2D porous model media allowing us to overcome optical limitation inherent to bulk systems. We observe the formation of thin solid films that connect adjacent posts to form a maze. Our experiments show that the formation dynamics of these out of equilibrium patterns is controlled by a regular succession of Haines jumps. Identifying the elementary mechanisms yielding the formation of the deposits at the pore scale, we establish a pore-network model that well captures the final topology and formation dynamics of the  observed labyrinthine structures. Using simple arguments, we predict the topological changes in the drying pattern at the pore scale as a function of the relevant geometrical parameters (sample thickness and contact angle that the liquid makes with the substrate). Our experiments confirm our theoretical predictions.

 

Publié dans Actualités, Départements, Matière molle, Séminaires Matière Molle et Complexe | Commentaires fermés sur Séminaire MMC : Pascal PANIZZA « Formation of labyrinthine drying patterns in 2D model porous media »

Récompense pour Merwan MOKHTARI lors de la « 18ème Conférence canadienne sur la science et la nanotechnologie de semi-conducteurs »

Le congrès intitulé Canadian Semiconductor Science and Technology Conference avait lieu cette année du 20 au 24 août 2017 à Waterloo (Ontario, Canada). Cette conférence réunit tous les 2 ans les chercheurs canadiens du domaine, avec des conférenciers invités renommés internationaux.

Lors de ce CongrèsMerwan MOKHTARI, doctorant CIFRE à l’IPR (département Matériaux-nanosciences), a obtenu le prix de la meilleure présentation de poster.

 

The Conference will cover the general area of the growth, characterization, processing and application of semiconductor materials and devices, including but not restricted to fundamental problems, epitaxy, photonics and more.

 

Publié dans Actualités, Nanosciences | Commentaires fermés sur Récompense pour Merwan MOKHTARI lors de la « 18ème Conférence canadienne sur la science et la nanotechnologie de semi-conducteurs »

Projet PERSEUS : quand des étudiants de Rennes 1 innovent pour le spatial

Le projet PERSEUS vise à accompagner les étudiants de l’enseignement supérieur dans le développement de solutions techniques innovantes pour le spatial. L’université de Rennes 1 s’associe depuis peu à cette initiative du Centre national d’études spatiales (CNES). Sur le campus de Beaulieu, des étudiants commencent à travailler sur la propulsion ou sur l’analyse de données de vol avec l’appui d’enseignants-chercheurs en physique, informatique / électronique, mathématiques et mécanique.

Lire la suite sur  : https://www.univ-rennes1.fr/actualites/03072017/projet-perseus-quand-des-etudiants-de-rennes-1-innovent-pour-le-spatial

…….« Notre objectif est d’aider les industriels impliqués dans la construction des prochaines fusées PERSEUS à rendre plus efficace son système de propulsion », explique Robert Georges.

Publié dans Actualités, Départements, Physique Moléculaire | Commentaires fermés sur Projet PERSEUS : quand des étudiants de Rennes 1 innovent pour le spatial

Conférence IPR : Stéphane MANGIN – « Le magnétisme sous les spots »

DATE : 21 Novembre 2017 – 12h15 – Le Diapason, Campus de beaulieu, Rennes

 Conférencier : Stéphane Mangin, Institut Jean Lamour, Université de Lorraine

Résumé :
L’énorme quantité d’informations générées par l’Internet des Objets demande des espaces de stockage, et des vitesses de traitement gigantesque. Aujourd’hui la majorité de l’information stockée sur les ordinateurs et dans le nuage (cloud) est physiquement présente sur des disques durs.
Pour le disque dur, le stockage binaire de l’information (0 et 1) est réalisé sur un medium granulaire constitué de phases magnétiques nanoscopiques qui se comportent comme autant d’aimants au passage de la tête de lecture. Pour écrire l’information, il faut donc être capable de retourner l’aimantation de ces nano-aimants. Ceci est réalisé par l’intermédiaire d’un champ magnétique. Cette méthode atteint aujourd’hui ses limites et il ne semble plus possible d’augmenter la vitesse d’écriture et de lecture tout en accroissant la densité d’information stockée.
Lors de cet exposé je présenterai les limites actuelles de l’ enregistrement magnétique avant de démontrer que l’on peut utiliser des pulses de lumière laser ultrarapides pour retourner l’aimantation à l’échelle nanométrique. Ce retournement d’aimantation « tout optique » découvert en 2007 n’avait jusqu’alors pu être observé que pour un type de matériau particulier : un alliage de cobalt, de fer et de gadolinium.[1] Le groupe de l’Institut Jean Lamour à l’université de Lorraine, en collaboration avec des équipes de l’Université de Californie San Diego (UCSD) a démontré que ce phénomène était beaucoup plus général et qu’un grand nombre de matériaux magnétiques pouvaient montrer cette propriété[2] parmi lesquels les milieux granulaires utilisés dans l’enregistrement magnétique.[3] Un faisceau laser polarisé permet de retourner l’aimantation de ces matériaux dans un sens ou dans l’autre. Il est ainsi possible d’enregistrer de l’information sur un matériau magnétique à l’endroit où le laser agit. Effectuer ces renversements d’aimantation par la lumière permet par ailleurs de stocker et de lire l’information beaucoup plus rapidement. En plus d’être bien plus rapide, ce phénomène de retournement d’aimantation semble nécessiter beaucoup moins d’énergie que les systèmes actuels.[4] Ces découvertes nous permettent d’envisager un stockage de l’information ultime plus rapide et moins gourmand en énergie.

[1] C.D. Stanciu, F. Hansteen, A.V. Kimel, A. Kirilyuk, A. Tsukamoto, A. Itoh, T. Rasing, Ultrafast Interaction of the Angular Momentum of Photons with Spins in the Metallic Amorphous Alloy GdFeCo, Phys. Rev. Lett., vol. 98, 207401, 2007.

[2] S. Mangin, M. Gottwald, C.-H. Lambert, D. Steil, V. Uhlir, L. Pang, H. Hehn, S. Alebrand, M. Cinchetti, G. malinnowski, Y. Fainman, M. Aeschlimann, E.E. Fullerton, Engineered materials for all-optical helicity-dependent magnetic switching, Nat. Mater., vol. 13, pp-286-292, 2014.

[3] C.H. Lambert, S. Mangin, B.S.D.C.S. Varaprasad, Y.K. Takahashi, M. Hehn, M. Cinchetti, G. Malinowski, K. Hono, Y. Fainman, M.Aeschlimann, E.E. Fullerton, All-optical control of ferromagnetic thin films and nanostructures , Science, vol. 345, pp-1337–1340, 2014.

[4] M.S. El Hadri, M. Hehn, P. Pirro, C.-H. Lambert, G. Malinowski, E.E. Fullerton, S. Mangin, Two types of all-optical magnetization switching mechanisms using femtosecond laser pulses, Phys. Rev. B, vol. 94, pp. 064412, 2016.

View Fullscreen

 

 

 

 

Publié dans Actualités, Conferences IPR, En Une | Commentaires fermés sur Conférence IPR : Stéphane MANGIN – « Le magnétisme sous les spots »