Matière molle


« Physics » – Highlights of the Year : Une machine expérimentale perce les secrets des bulles de savon

L’article traitant de la formation de bulles de savon publié dans le journal Physical Review Letters en 2016 avait été sélectionné pour être «le choix de l’éditeur », il avait été couvert par un communiqué de presse CNRS national et avait été repris par le journal en ligne «Physics» (https://ipr.univ-rennes1.fr/archives/9030)  : cet article vient d’être sélectionné par ce journal dans le top huit de ses «histoires favorites de 2016» parmi plusieurs centaines d’autres articles repris dans «Physics».

Physicists Perfect the Art of Bubble Blowing

Apropos for a year-end list, here’s a toast to something bubbly. Inspired by children at the playground, researchers from the CNRS and the University of Rennes I in France reported how they set out to understand the physics behind bubble blowing (see Focus: Physics of Blowing Bubbles). The scientists built a bubble-blowing machine that let them control the speed of a gas jet striking a meter-high soap film—the equivalent of a giant bubble wand. As lay bubble-blowers might have guessed, bubbles only form above a threshold jet speed, and they develop at lower speeds for wider jets. But the group also found that the film’s thickness doesn’t matter. Their apparatus might be useful for classroom demonstrations of the physics of bubbles, which appear in suds and even in models of cosmology. For us, the French team’s experiment is simply a lovely tale of physics research being influenced by everyday surroundings.
Lien : https://physics.aps.org/articles/v9/151?utm_source=email&utm_medium=email&utm_campaign=spring2017-newsletter

Communiqué de presse du 19 FEVRIER 2016 :

Il arrive parfois que des phénomènes qui sembleraient, a priori, bien connus gardent une forte part de mystère. La manière dont se forment les bulles de savon n’avait ainsi jamais fait l’objet d’études scientifiques poussées, malgré les nombreuses applications qui nécessitent une production, ou au contraire une absence, de bulles. Une équipe de chercheurs du département Matière molle de l’Institut de physique de Rennes (CNRS/Université Rennes 1) s’est penchée sur la question et a développé en laboratoire une machine à bulles auto-entretenue. Les chercheurs sont ainsi parvenus à déterminer la vitesse minimale à laquelle il convient de souffler sur un film de savon pour former des bulles, dans différentes conditions expérimentales. Ces travaux, qui permettraient d’optimiser divers procédés industriels, sont publiés le 19 février 2016 dans la revue Physical Review Letters.
De nombreux phénomènes naturels et procédés industriels nécessitent la formation de films liquides minces, pour la production de mousses par exemple. D’autres processus impliquent au contraire d’empêcher l’apparition de bulles, en particulier pour la fabrication de verres et le dépôt de couches liquides sur plaques ou sur fibres. Afin de pouvoir étudier en laboratoire la formation de bulles de savon, les chercheurs ont développé une machine à bulles expérimentale capable de conférer aux films de liquides minces une très grande durée de vie.
Une cuve placée en hauteur y laisse couler un fluide savonneux entre deux fils de nylon tendus. Le liquide s’écoule par gravité, puis est pompé pour revenir dans la cuve. Lorsque les deux fils, d’environ un mètre de long, sont éloignés l’un de l’autre, ils forment un film rectangulaire de liquide savonneux. Une « bouche artificielle », constituée d’une aiguille connectée à un régulateur de pression, permet de mimer le souffle humain. À basse vitesse, le jet de gaz déforme le film et crée une cavité qui s’affine lorsque la vitesse du gaz augmente, jusqu’au seuil de formation des bulles. Ces phénomènes rapides, difficilement discernables à l’oeil nu, sont révélés en filmant l’expérience avec une caméra à haute vitesse.
Les chercheurs ont ainsi pu modéliser les résultats obtenus en fonction des différentes configurations expérimentales. Ils ont identifié les facteurs physiques clefs contrôlant la vitesse minimale à laquelle il convient de souffler, sur un film de savon, pour générer des bulles. L’équipe a également caractérisé l’influence de la distance séparant la « bouche » du film pour former une bulle, puis constaté que la vitesse d’écoulement et l’épaisseur du film d’eau savonneuse n’avaient pas d’impact sur la production des bulles dans les conditions étudiées.
Ces travaux rendent ainsi possible l’obtention d’excellentes données de mesures de taille et de fréquence de formation des bulles. Elles pourraient ainsi permettre d’optimiser divers procédés industriels.
Une machine expérimentale perce les secrets des bulles de savon
Des vidéos sont disponibles auprès d’Alexiane Agullo : 01 44 96 43 90 / alexiane.agullo@cnrs-dir.fr
Court-métrage de vulgarisation scientifique « Les Bulles de savon » :
Réalisée en 2014 par Louis Salkin (premier auteur de cet article, alors doctorant à l’Institut de physique de Rennes), cette vidéo a remporté la même année à Rennes le 1er prix du jury du Festival Sciences en cour[t]s.
Bibliographie
Generating soap bubbles by blowing on soap films. Louis Salkin, Alexandre Schmit, Pascal Panizza, and Laurent Courbin. Physical Review Letters, le 19 février 2016.
Contacts
Chercheur CNRS – UMR 6251 – IPR –  Laurent COURBIN
02 23 23 57 31 l laurent.courbin@univ-rennes1.fr
Presse CNRS l Alexiane Agullo l T 01 44 96 43 90 l alexiane.agullo@cnrs-dir.fr
(a) Evolution typique de la cavité créée dans un film lorsque la vitesse du gaz Vg croit et est inférieure à la valeur minimale de création de bulles Vc. (b) Des bulles se forment lorsque Vg est plus grande que Vc.
© L. Salkin et al., Phys. Rev. Lett. (2016). Institut de physique de Rennes (CNRS/Université Rennes 1)

Cet article a été sélectionné pour être « le choix de l’éditeur » , et il a été repris par le journal en ligne « Physics Focus » /https://physics.aps.org/PhysRevLett.116.077801

Lien vers l’article de la  « Physical review Letters »
https://journals.aps.org/prl/accepted/7c078Y66U311bb50a421327709746b5d8d4b31d94

Lien vers Bulles_Ouest-France-20-02-2016l’article du journal Ouest-France :
Bulles_Ouest-France-20-02-2016

Publié dans Actualités, Matière molle | Commentaires fermés sur « Physics » – Highlights of the Year : Une machine expérimentale perce les secrets des bulles de savon

Séminaire MMC : Marie-Caroline Jullien « Effets du confinement micrométrique sur des systèmes diphasiques »

DATE :  vendredi 31/03 à 11:00, en salle 120 du bâtiment 11E.

Intervenante : Marie-Caroline Jullien, du Laboratoire de Microfluidique à l’Institut Pierre-Gilles de Gennes de l’ESPCI.

« La microfluidique a connu ces dernières années un essor important à la fois dans des perspectives de fournir des systèmes pour le diagnostic médical, mais également d’un point de vue fondamental sur la compréhension des mécanismes physiques intervenant à ces échelles. Nous verrons à travers deux exemples, que le confinement peut jouer un rôle important dans les systèmes dipasiques (bulles, gouttes, mousses) et doit être pris en compte dans les modèles. Dans une première étude, nous nous sommes intéressés aux mécanismes de dissipation, lors de la migration d’une goutte confinée, par la mesure topographique du film de lubrification séparant la goutte et le substrat (figure). Aux faibles vitesses, les interactions moléculaires entre interfaces entrent en jeu montrant que les lois classiques type Bretherton doivent être amendées. Dans un second cas nous verrons qu’il est possible de contrôler le drainage d’une mousse 2D en utilisant un pompage Marangoni antagoniste à la gravité. Ces expériences permettent d’envisager la fabrication de matériaux cellulaires contrôlés (matériaux catalytiques, phononiques…). »

Publié dans Départements, Matière molle, Séminaires Matière Molle et Complexe | Commentaires fermés sur Séminaire MMC : Marie-Caroline Jullien « Effets du confinement micrométrique sur des systèmes diphasiques »

Isabelle CANTAT, bénéficiaire d’une bourse d’excellence ERC

Professeure à l’université et chercheure à l’Institut de physique de Rennes, Isabelle Cantat a décroché un « ERC Consolidator Grant », bourse d’excellence du Conseil européen de la recherche. Soit près d’1,5 M€ sur 5 ans pour percer l’un des mystères des bulles de savon.

Pourquoi les bulles de savon éclatent ?
Ce problème, apparemment simple et gouverné par les lois classiques de la mécanique des fluides et de la physique statistique, est en fait un défi pour le physicien…..

A VOIR  : vidéo Youtube Mars 2017 / https://youtu.be/GQ8YM23FTmE

Lire la suite :
https://www.univ-rennes1.fr/actualites/15122016/isabelle-cantat-nouvelle-beneficiaire-dune-bourse-dexcellence-erc

https://osur.univ-rennes1.fr/news/une-nouvelle-bourse-dexcellecne-erc-consolidator-grant.html

film_isabelle

Publié dans Actualités, Matière molle | Commentaires fermés sur Isabelle CANTAT, bénéficiaire d’une bourse d’excellence ERC

21 Mars 2017 : « Journée Rhéologie »

Horaire : à partir de 9h00
Lieu : Amphi Grandjean – Bât.10B

Le thème de la journée sera la rhéologie au sens large (élasticité, plasticité, viscosité, visco-élasticité…), depuis les moyens et techniques de mesure à toutes échelles, jusqu’aux modèles et simulations en passant par les liens structures/propriétés rhéologiques. Il n’y a pas de limite en terme de matériaux: liquide, solide, verre, mousse, tissu biologique, couche mince, membrane, fluide complexe, liquide ionique, gels, polymères…

Cette journée rassemblera à la fois l’IPR et l’ISCR et se veut accessible à tous et vulgarisée. L’objectif est d’identifier tous les acteurs de la rhéologie sur le campus de Rennes 1, de ceux qui en ont fait leur domaine d’expertise à ceux qui en sont simplement utilisateurs, voire demandeurs, mais qui ignorent peut-être les moyens de mesures et/ou de modélisation qui existent chez leurs voisins.

Contacts :
– Yann Gueguen, Maître de conférence, dépt Mécanique et Verres – IPR (yann.gueguen@univ-rennes1.fr)

– Arnaud Saint Jalmes, Directeur de recherche, dépt Matière Molle – IPR (arnaud.saint-jalmes@univ-rennes1.fr)

 

Publié dans Actualités, En Une, Matière molle, Mécanique et Verres | Commentaires fermés sur 21 Mars 2017 : « Journée Rhéologie »

Séminaire MMC : Alesya Mikhailovskaya / « Solid-like matter in foams »

DATE : Vendredi 10 Mars 2017 à 11h en salle 120 – Bat 11E

Intervenant : Alesya Mikhailovskaya

Foams are found in a wide variety of applications in industry and personal life, such as firefighting, enhanced oil recovery, mineral flotation, food processing, and personal care products. In some of these applications good foam stability is extremely important. All foams are thermodynamically unstable and are destined to disappear. To prolong their life, various types of stabilizing agents are usually used, such as surfactants, polymers, proteins, or particles. These stabilizing agents adsorb onto the surfaces of the bubbles and slow down the different mechanisms by which foams age: drainage, coalescence, and coarsening. We’ll consider another approach of foam stability improvement by introducing solid matter in its structure both at the surface of the bubbles (with its solidification) and in the continuous phase (with its gelification).

 

Publié dans Départements, Matière molle, Séminaires Matière Molle et Complexe | Commentaires fermés sur Séminaire MMC : Alesya Mikhailovskaya / « Solid-like matter in foams »

Publication PRL : « Fragmentation des mousses dans un milieu poreux »

Publication PRL  du 3 Mars 2017
Auteurs : Benjamin Dollet, Isabelle Cantat, Baudoin Géraud (IPR)
Yves Meheust (Geosciences)

« Les mousses liquides sont un matériau prometteur pour la dépollution des sols ou la récupération assistée de pétrole. En effet, étant composées de 90 % d’air, elles consomment beaucoup moins d’eau, et leurs propriétés mécaniques particulières en écoulement leur permettent de balayer uniformément les milieux poreux que constituent les sols ou les roches. Cependant, ces milieux étant opaques, on ne connaît pas bien les transformations subies par la mousse dans ces milieux. Or, un changement de taille des bulles, de la fraction volumique de liquide, ou une destruction partielle de la mousse affecte notablement son écoulement.

Pour mieux comprendre les écoulements de mousses en milieu poreux, Baudouin Géraud (financé par la Région Bretagne), Isabelle Cantat et Benjamin Dollet de l’IPR, et Yves Méheust de Géosciences Rennes, ont conçu un milieu poreux transparent, constitué d’obstacles circulaires disposées aléatoirement dans un canal. Ils ont montré que les bulles subissent des fragmentations quand les films qui les entourent se scindent en deux en touchant de nouveaux obstacles (figure), ce qui engendre une modification importante de la distribution des tailles de bulles. Grâce à une analyse d’images permettant de suivre chaque bulle le long de son trajet dans le canal, ils ont extrait la statistique des événements de fragmentation, et montré que ces événements sont d’autant plus probables qu’une bulle est grosse. Ils en ont déduit un modèle théorique permettant de quantifier l’évolution de la distribution des tailles de bulles ; leurs simulations numériques de ce modèle sont en très bon accord avec les mesures de ces distributions.

Ces résultats permettent pour la première fois de réaliser une prédiction de l’évolution des mousses dans un milieu poreux, à partir de la connaissance des mécanismes locaux qui modifient la mousse. Cette démarche est prometteuse, car si ces mécanismes sont assez bien connus, il est jusqu’à présent difficile d’en déduire l’évolution des propriétés de la mousse dans son ensemble. Ainsi, ce résultat ouvre potentiellement la voie vers une meilleure prédiction du comportement d’une mousse dans un milieu poreux naturel, et donc d’optimiser son utilisation en vue des applications industrielles précitées. »

« (a) Photographie d’une mousse s’écoulant dans un milieu poreux transparent, de gauche à droite. Les bulles à la sortie sont plus petites qu’à l’entrée, car elles se fragmentent selon le mécanisme montré en (b), (c) et (d), où on voit une bulle (colorée en cyan) se faire pincer en deux fragments. ».

 

Lien vers PRL : [pdfjs-viewer url= »https%3A%2F%2Fipr.univ-rennes1.fr%2Fwp-2017 Géraud et al PRL (fragmentation)

 

Publié dans Actualités, Matière molle | Commentaires fermés sur Publication PRL : « Fragmentation des mousses dans un milieu poreux »

Séminaire MMC : Camille DUPRAT « De la suspension au textile: interactions fluide-structure à bas nombre de Reynolds »

DATE : Vendredi 3 Mars 2017 à 11h00
              Salle 120 – Bât 11E

Intervenante :  Camille Duprat LadHyX – CNRS – Ecole Polytechnique
(http://www.ladhyx.polytechnique.fr)

Certains textiles non-tissés, comme le papier, sont fabriqués à partir d’une suspension de fibres mise en écoulement dont on draine ensuite le liquide; les fibres vont alors s’assembler, se lier pour former le textile final. Dans un premier temps, je présenterai une expérience modèle sur le transport de fibres flexibles par un écoulement, et montrerai comment la déformation induite par l’écoulement affecte la trajectoire des filaments et donc leurs orientations, dont dépend la structure finale du textile. Lors du séchage de la suspension, de nombreuses interfaces air-liquide apparaissent. Les forces associées à ces interfaces peuvent déformer localement les fibres et les mettre en contact, ce qui permet d’assurer la cohésion finale du textile. Je présenterai une deuxième expérience sur un système modèle afin de comprendre l’effet de la flexibilité sur l’adhésion capillaire entre deux fibres. Je présenterai finalement nos résultats sur la collecte de gouttes d’aérosol par un filtre fibré, ainsi que les installations artistiques que nous avons créées à partir de ces résultats.

 

Publié dans Départements, Matière molle, Séminaires Matière Molle et Complexe | Commentaires fermés sur Séminaire MMC : Camille DUPRAT « De la suspension au textile: interactions fluide-structure à bas nombre de Reynolds »

Offre de Thèse : Nano-sondes de lumières résonantes intégrées pour le diagnostic dynamique en bio-métrologie des processus de la Matière Molle

Directeurs de thèse : Bruno Bêche, Pr. et Véronique Vié, Dr. HDR

Mots clés : Sondes intégrées de lumière résonante sur matériaux organiques pour la bio-métrologie fine et l’étude de processus au sein de la matière molle, mesures de vitesse de sédimentation par interaction lumière résonante/matière (colloïdes et particules), mesures de viscosités, mesure de masse et notion de ‘balance’ photonique résonante, mesures de transitions de phases du 1er ordre, applications à la biodétection d’espèces et mesure d’interaction protéines/lipides.

Lien : https://spm.univ-rennes1.fr/biophotonique

Contexte et objectifs de la thèse : Le besoin de développer la nano-instrumentation intégrée de détection à haute sensibilité est un défi majeur et crucial pour les domaines du biomédical, de la santé, pour les tests rapides et les diagnostiques à réaliser en laboratoires d’analyses. A l’heure actuelle quelques laboratoires et encore peu d’entreprises travaillent sur le développement de bio-nano-senseurs intégrés dédiés à la détection et mesures de processus interactifs au sein de la matière molle (biologique ou non). Le sujet de thèse et le projet se rapporte aux domaines des nanosciences et des nanotechnologies ; il s’inscrit en biophotonique intégrée sur matériaux organiques pour la métrologie fine relative aux processus et à certains mécanismes de la matière molle et de la biologie. Le principe de tels nano-dispositifs et senseurs repose sur le contrôle et la manipulation de photons via leurs modes résonants optiques quantifiés pour la détection dynamique des temps d’interaction lumière/matière de processus en matière molle : dépôts sédimentation de  colloïdes en goutte, vitesse de dérive de solutés et diffusion, mesures de masse sur un concept de photonique résonante localisée, mesures des temps d’association/dissociation de biomolécules avec des membranes cellulaires en biologie (interaction lipides/protéines), en exploitant le concept de ‘nano-sondes de lumière résonante’. Ces sondes de lumière résonantes intégrées de haute sensibilité sont obtenues par le contrôle de procédés hybrides en nano-bio-technologies pour la réalisation des puces (lithographie en UV profond sur substrats organiques, contrôle thermique nécessaire à la stabilité biologique et cellulaire des techniques de la matière molle et de la biophysique).

Moyens expérimentaux : Le(a) candidat(e) bénéficiera de l’ensemble du parc expérimental de l’Institut de Physique de Rennes (IPR CNRS) et de ses départements, de la Centrale de Technologie NanoRennes – Institut d’Electronique et de Télécommunications de Rennes (IETR CNRS) et des savoir-faire du STLO-INRA de l’Agro-campus Ouest de Rennes.

Collaborations : Ce projet se situe dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut de Physique de Rennes (IPR CNRS 6251), l’Institut d’Electronique et de Télécommunications (IETR CNRS 6164, plateforme de nanotechnologies NanoRennes) de l’Université de Rennes 1 et le STLO-INRA d’Agro-Campus Ouest à Rennes.

Expertise et Complémentarité des encadrants (liste non exhaustive):
Bruno Bêche : Photonique intégrée et micro-résonateurs, IPR.
Hervé Lhermite : Micro-technologies et procédés, IETR.
Véronique Vié : Biomolécules aux interfaces IPR.
Claire Bourlieu, Arnaud St Jalmes, Franck Artzner: Physico-chimie des colloïdes STLO et IPR.

 Quelques éléments de bibliographie du groupe:

  • B. Bêche, A. Potel, J. Barbe, V. Vié, J. Zyss, C. Godet, N. Huby, D. Pluchon E. Gaviot, ‘Resonant coupling into hybrid 3D micro-resonator devices on organic/biomolecular film/glass photonic structures’, Opt. Comm., 2010, vol. 283, n°1, pp. 164-168.
  • D. Duval, H. Lhermite, C. Godet, N. Huby, B. Bêche, ‘First developments of integrated photonics on UV 210’, Institute of Physics Publishing IoP – J. Opt. A: Pure Appl., 2010, vol. 12, n°5, pp. 055501-055507.
  • D. Pluchon, N. Huby, H. Lhermite, D. Duval, B. Bêche, ‘Fabrication and resonant optical coupling of various 2D micro-resonators structures on UV210 polymer’, Institute of Physics Publishing IoP – J. Micromech. Microeng., 2012, vol. 22, pp. 085016-085024.
  • D. Pluchon, N. Huby, L. Frein, A. Moréac, P. Panizza, B. Bêche, ‘Flexible Beam-Waist Technique for Whispering Gallery Modes Excitation in Polymeric 3D Micro-Resonators’, Opt. Int. J. Light Electron. Opt, 2013, vol. 124, pp. 2085-2088.
  • D. Pluchon, N. Huby, P. Panizza, B. Bêche,AFM analysis of 3D optical microresonators surfaces : a correlation to Q-factors values’, Opt. Photon. J.., 2013, vol. 3, (4) pp. 291-295.
  • A-L. Fameau, A. St-Jalmes, ‘Yielding and flow of solutions of thermoresponsive surfactant tubes: tuning macroscopy rheology by supramolecular assemblies’, Soft Matter, Royal Society of Chemistry, 2014, vol. 10, (20), pp.3622-3632.
  • R. Castro Beltran, N. Huby, G. Loas, H. Lhermite, D. Pluchon, B. Bêche, ‘Improvement of efficient coupling and optical resonances by using taper-waveguides coupled to cascade of UV210 polymer micro-resonators’, IoPJ. Micromech. Microeng., 2014, vol. 24, pp. 125006-125013.
  • R. Castro Beltran, N. Huby, V. Vié, H. Lhermite, L. Camberlein, E. Gaviot, B. Bêche, ‘A laterally coupled UV210 polymer racetrack micro-resonator for thermal tunability and glucose sensing capability’, Adv. Dev. Mat., 2015, vol. 1, n°3, pp. 80-87.Q. Li, V. Vié, H. Lhermite, E. Gaviot, A. Moréac, D. Morineau, C. Bourlieu, D. Dupont, S. Beaufils, B. Bêche, ‘Sphingomyelin Lipid Gel/Fluid Phase Transition detection with quasi-athermal Racetrack Polymer Resonators’, 2017, submitted

Pour prendre contact : envoyer un CV, une lettre de motivation ainsi qu’une lettre de recommandation du responsable de stage de M2, à:
bruno.beche@univ-rennes1.fr   ;   http://blogperso.univ-rennes1.fr/bruno.beche/

Contrat de thèse : 01/10/2017 au 01/10/ 2020
Domaines de M2 : Photonique, Couches Minces et Matériaux, Nanosciences, Biotechnologies.

Publié dans Matière molle, Thèses | Commentaires fermés sur Offre de Thèse : Nano-sondes de lumières résonantes intégrées pour le diagnostic dynamique en bio-métrologie des processus de la Matière Molle

Séminaire MMC Loren Jørgensen : « Mouillage des fluides à seuil »

DATE : vendredi 10/02 à 11:00 en salle 120 du 11E
Intervenant : Loren Jørgensen, de l’IUSTI, Marseille,

Les phénomènes de mouillage et la rhéologie des fluides à seuil sont deux domaines de la physique des matériaux mous dans lesquels de grandes avancées ont été faites lors des derniers siècles. De plus ces questions sont d’une grande importance au niveau des applications industrielles, ce qui contribue à leur dynamisme. En revanche, le mouillage des fluides à seuil a été peu étudié, alors que c’est une situation fréquente. En effet, presque tous les fluides rencontrés dans l’industrie et la vie quotidienne sont des fluides à seuil. D’autre part, la connaissance des propriétés de mouillage est cruciale car la plupart des processus font intervenir des interfaces. La difficulté réside dans le caractère fondamentalement hors-équilibre des fluides à seuil, alors que les lois de la capillarité sont valables à l’équilibre.

Je présenterai deux expériences classiques, réalisées avec un fluide à seuil typique (carbopol). La première expérience consiste à mesurer la force d’adhésion d’un pont capillaire, comparée au cas des fluides simples. Les résultats montrent comment la tension de surface apparente est affectée par le seuil. Ils soulignent aussi l’importance de l’histoire de la déformation et de l’élasticité du fluide. La seconde expérience porte sur l’étalement de gouttes sur une surface solide, classiquement décrit par un régime inertiel aux temps courts et la loi de Tanner aux temps longs. On montre ici que la dynamique aux temps courts est influencée par la viscoélasticité, et que l’état final est déterminé par le seuil plus que par la loi d’Young-Dupré.

Publié dans Départements, Matière molle, Séminaires Matière Molle et Complexe | Commentaires fermés sur Séminaire MMC Loren Jørgensen : « Mouillage des fluides à seuil »

Séminaire département MMC : Jean-baptiste SALMON (laboratoire du futur, Bordeaux)

DATE : 03 février 2017
Salle 120 – IPR

Publié dans Matière molle, Séminaires Matière Molle et Complexe | Commentaires fermés sur Séminaire département MMC : Jean-baptiste SALMON (laboratoire du futur, Bordeaux)