Département Physique Moléculaire

Le Département de Physique Moléculaire fédère théoriciens et expérimentateurs autour de la structure et de la dynamique de systèmes atomiques et moléculaires et de leur interaction avec la lumière. Il s’articule en trois axes, détaillés ci-dessous, dont les préoccupations sont à la fois fondamentales et appliquées à des problématiques, astrophysiques, atmosphériques, environnementales ou industrielles.

Le Département utilise et développe des codes numériques basés sur des formalismes quantiques dépendant et indépendant du temps ; il s’appuie également sur un ensemble d’approches expérimentales originales (Cinétique de Réaction en Ecoulement Supersonique Uniforme, cellule infrarouge à décharge à long chemin d’absorption, High Enthalpy Source). Il est en outre fortement impliqué dans l’utilisation de grands instruments (SOLEIL, ESRF…).

Parmi les thèmes théoriques abordés on rencontre les processus moléculaires à basses et ultra-basses températures, la dynamique dans les nanogouttes d’hélium ou encore les transferts d’énergie par collision. Les études expérimentales concernent par exemple la réactivité chimique en phase gazeuse aux très basses températures (entre 5 et 200 K), qui sont pertinentes pour un grand nombre d’environnements astrophysiques et planétaires ; la spectroscopie infrarouge à très haute température (entre 1000 et 2000 K) nécessaire à la modélisation des enveloppes circumstellaires ; ou encore la formation de particules à partir de la phase gaz qui intervient dans les processus de combustion et le développement d’arcs électriques. Enfin l’étude de la condensation de la vapeur d’eau et le devenir des polluants atmosphériques font partie des activités émergentes du Département.

Responsable : Alexandra VIEL

Actualités

DATE : 16 Février 2017 –  14h00 Salle de conférence de l’OSUR (bat 14B) Intervenant :Michel VISO Responsable du programme exobiologie et Correspondant du programme ExoMars du CNES Résumé : Les activités spatiales attirent l’attention autant du grand public que des … Continuer la lecture
Les nanogouttes d’hélium sont des agrégats, objets intermédiaires entre la phase gazeuse et le solide, aux propriétés fascinantes : basse température (380 mK), superfluidité, section efficace de capture énorme,…, qui en ont fait des ‘nano-laboratoires’ pour des études spectroscopiques précises … Continuer la lecture

→ Toutes les actualités du département

Les activités de recherche du département se structurent en trois axes principaux :



Astrophysique de Laboratoire



Combustion Plasma Environnement



Théorie et Simulation

Les commentaires sont fermés.