Conférence IPR - Ludovic Pauchard - "Craquelures et matière picturale: le temps fait son oeuvre"

"Craquelures et matière picturale: le temps fait son oeuvre" par Ludovic Pauchard (FAST-Orsay).

-- PASS SANITAIRE OBLIGATOIRE POUR ENTRER DANS LA SALLE ---

Les craquelures dans les matériaux apparaissent à différentes échelles et présentent des morphologies très variées : réseau de fractures plus ou moins connectées entre elles, germes isolés, décollement d’un support... Si les craquelures sont la plupart du temps indésirables dans les revêtements, elles peuvent être d’un grand intérêt pour la connaissance des peintures d'art afin de mieux comprendre les techniques utilisées par les artistes ainsi qu’aider à la conservation et à la restauration des tableaux. Les craquelures sont en effet caractéristiques de la matière picturale employée et du mode de sollicitation auquel est soumis une peinture (défaut de mise en oeuvre, variations climatiques, chocs, …). Elles constituent ainsi une véritable empreinte digitale d’une peinture d’art. Guidés par ces problématiques, nous étudions les formes de craquelures dans des systèmes modèles: des couches de dispersions de nanoparticules qui, au cours du séchage, conduisent à la formation d’une structure poreuse, siège de fortes contraintes mécaniques. Les propriétés physiques et mécaniques de ces couches sont contrôlées par les conditions physicochimiques de la dispersion ainsi que par la cinétique de solidification. Ces systèmes modèles permettent de rendre compte des différentes morphologies de craquelures observées dans les peintures d’art. En particulier, les générations successives de craquelures formées seront présentées en fonction de l’épaisseur des couches solidifiées et de leur caractère plus ou moins fragile.

© C2RMF - Musée du Louvre et "Essai scientifique", travail collectif sous la direction de C. Lahanier, Codex Images International, 2007